ANDROMAQUE
ANDROMAQUE

Crédit photo: Pauline Le Goff

ANDROMAQUE
ANDROMAQUE

Crédit photo: Pauline Le Goff

ANDROMAQUE
ANDROMAQUE

Crédit photo: Pauline Le Goff

ANDROMAQUE
ANDROMAQUE

Crédit photo: Pauline Le Goff

1/3

ANDROMAQUE

Je crains de me connaître en l'état où je suis

 

 

Texte: Jean Racine

Mise en scène: Lena Paugam

Interprétation: 

Agathe Bosch

Romain Gillot

David Houri

Basile Lacoeuilhe

Ghislain Lemaire

Lena Paugam

Edith Proust

Dramaturgie / Assistanat à la mise en scène : Carla Azoulay - Zerah

Scénographie: Lena Paugam, assistée par Léa Gadbois Lamer

Création sonore: Félix Philippe

Création Lumières: Jennifer Montesantos

Costumes: Léa Gadebois - Lamer, assistée par Eloïse Simonis

POUR LIRE LE DOSSIER ARTISTIQUE DU SPECTACLE,

CLIQUEZ SUR L'IMAGE CI-DESSUS.

« L’action se déploie peu après la chute de Troie, en Épire, dans le palais de Pyrrhus, fils d’Achille. Promis à la princesse Hermione, il est revenu victorieux de la guerre, accompagné d’Andromaque, reine captive, et d’Astyanax, son fils, dernier descendant de la famille royale du peuple troyen. Une délégation grecque menée par Oreste vient réclamer la mort de l’enfant.


On a coutume de lire Andromaque comme une pièce d’amour. On la résume fréquemment ainsi : Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector qui est mort. On ne parlera pas ici d’amour mais de la puissance du désir qui prend l’apparence ou le prétexte de l’amour. Dans les « clartés sombres » du théâtre racinien, dit Georges Poulet, le tragique est indissociablement lié à la connaissance. Ce que chacun recherche, l’objet du désir de tous, est l’être même du sujet. Et ce n’est pas dans la lumière mais dans l’ombre que celui-ci se tient. La conscience de soi passe par une plongée dans les ténèbres. Profondeurs vertigineuses de l’ombre. Le moi ici s’apparaît à lui-même à travers l’émoi et par le biais de l’abandon des logiques rationnelles.

 

 L’histoire d’Andromaque se situe au cœur d’une crise à la fois intime et politique où se décide l’insoumission à l’ordre ancien, où se revendique la liberté d’écrire une Histoire nouvelle. Hermione, Oreste et Pyrrhus sont les héritiers de la grande Histoire écrite par leurs parents. Comment avancer ? Que devenir ? Quel est le poids du leg ? Faut tuer le passé pour écrire son histoire ? Contre la loi du Père, des pères, contre l’idéologie glorifiée des systèmes du passé jamais remise en question, Pyrrhus, fils d’Achille, sera assassiné aussi bien pour l’amour d’Andromaque que pour l’amour d’une idée du changement de paradigme. »   (Lena Paugam)